Andre Bieri, lang

Elevator Talk – Un trajet en ascenseur avec André Bieri, Tax Partner | Markets Leader Switzerland & Liechtenstein Ernst & Young AG et membre du Directoire du SVC

 

Escalier ou ascenseur?
Escalier. J'essaye dès que possible de rester actif physiquement et intellectuellement. Vous ne trouverez donc aucune photo de moi dans un ascenseur. 

Pouvez-vous citer un temps fort pour vous et votre entreprise au cours des 12 derniers mois? 
Pour moi personnellement, les bonnes vendanges de septembre 2020 qui attendent leur mise en bouteille dans des cuves en acier, et la chance de ne pas avoir eu de cas graves de coronavirus dans ma famille. Pour l'entreprise, la réaction exemplaire de nos équipes aux changements induits par la crise du coronavirus et la solidarité accrue au sein du leadership. Néanmoins, j'espère vraiment que nous retrouverons bientôt une certaine normalité. Ce qui me manque le plus, ce sont les événements pour les collaborateurs!

Saviez-vous précisément dès le début quelle serait votre carrière?
À l'origine, je voulais être vétérinaire. C'est pourquoi j'ai choisi de ne pas rejoindre l'entreprise parentale de toiture. En raison d'un séjour linguistique en Amérique centrale, j'ai malheureusement raté le délai d'inscription pour les études de médecine. C'est ainsi que j'ai opté – en solution de secours – pour des études d'économie à l'Université de Zurich. Les différentes matières, et notamment le droit fiscal international, m'ont fasciné, et cette passion ne m'a plus quitté! 

Que représentent pour vous les réseaux sociaux, sur les plans professionnel et privé? 
Ils sont incontournables et d'une grande importance pour moi, aussi bien sur le plan professionnel que privé. Souvent, il est même difficile d'effectuer une séparation claire: à la suite d'une étroite collaboration, une relation professionnelle peut devenir une relation privée; et inversement, une relation privée peut être enrichie par une coopération professionnelle. 
Mais l'aspect humain reste primordial et rien ne remplace les rencontres entre personnes. Nous le constatons particulièrement en ce moment. Plus le monde devient anonyme, plus les contacts personnels gagnent en importance. 

Que conseillez-vous à la relève?
Ne restez pas immobiles et soyez ouverts à de nouveaux défis! La formation continue reste un facteur essentiel pour le développement professionnel et personnel. Ce qui était d'actualité il y a cinq ans est déjà totalement dépassé aujourd'hui.

De quoi pouvez-vous rire franchement?
De mes enfants! C'est formidable de voir qu'ils se forgent leur personnalité et qu'ils ont, dès le plus jeune âge, leur propre opinion, qui ne correspond pas toujours à la mienne. En général, je suis plutôt d'une nature joyeuse. Je trouve que l'on ne doit pas se prendre trop au sérieux, que l'on doit pouvoir reconnaître ses erreurs et en rire.

Qu’est-ce qui vous porte sur les nerfs?
Les e-mails inutiles et les réunions sans ordre du jour précis avec trop de participants.

Est-ce que vous arrivez parfois en retard?
Aux réunions physiques jamais. Aux réunions virtuelles chez EY, il m'arrive d'être légèrement en retard en fin de journée. Cela s'est malheureusement produit un peu plus souvent ces derniers temps, notamment en raison de l'absence de pauses entre les réunions. Mais il ne faudrait pas en abuser.

Comment réagissez-vous à la critique?
Selon moi, le mot «critique» a une connotation négative. Personnellement, je préfère un feed-back constructif à une critique. Seul un feed-back constructif me donne la possibilité d'évaluer un comportement ou un fait et, éventuellement, de le changer ou d'influer dessus.

Avez-vous confiance dans l’avenir de la Suisse?
Oui, absolument. Même s'il peut paraître difficile de garder confiance dans la période difficile que nous vivons actuellement. Avec notre vision «building a better working world», je m'engage fortement en faveur d'un système durable et performant en Suisse. C'est le moment ou jamais pour cela.

Croyez-vous au destin?  
Certains croient qu'ils peuvent maîtriser leur destin, d'autres estiment que ce n'est pas possible. D'autres encore pensent que la vie est gouvernée par le hasard ou par le libre arbitre. Selon moi, il s'agit d'un mélange de tous ces aspects. 

L’un de vos adages? 
«It only seems impossible until it’s done» Nelson Mandela 

Avez-vous une chanson préférée? 
Mes goûts musicaux sont très éclectiques. Membre d'un brass band et d'une petite formation, ancien tambour-major d'une fanfare lucernoise et breakdancer, je suis à l'aise dans de nombreux styles musicaux. 

André Bieri
Infobox

Name: André Bieri
Alter: 39
Position/Unternehmen: Markets Leader Suisse et Liechtenstein  
Unternehmensbeschreibung in 3 Sätzen: EY est une entreprise mondiale qui fait partie des leaders dans les domaines de l'audit, de la fiscalité, des transactions, du conseil en affaires et en gestion. En Suisse et au Liechtenstein, EY emploie quelque 2600 personnes sur 11 sites.

Website Unternehmen: www.ey.com